​Les missions du S.I.A.CH.

Le Syndicat Intercommunal pour l’assainissement du bassin de la Chiers (S.I.A.CH) a été institué par arrêté grand-ducal du 6 octobre 1995. 

Le syndicat a pour objet l'assainissement du bassin tributaire de la «Chiers» en entretenant, exploitant et faisant fonctionner la/les station(s) d'épuration de Pétange, les collecteurs principaux et les ouvrages annexes et en faisant exécuter tous autres travaux qui seront rendus nécessaires par l'accomplissement de l'objet ci-dessus défini, le tout dans le respect du principe pollueur-payeur.

De cet objet découlent les obligations suivantes :

* La collecte et l’épuration des eaux usées en provenance des localités raccordées.

* L’exploitation et le remplacement des stations d’épuration, des collecteurs principaux et des ouvrages annexes.

* Le traitement, le recyclage voire l’élimination des boues d’épuration et des autres résidus provenant de l’exploitation.

* L’acquisition de l’équipement technique et du mobilier.

* L’investissement dans les infrastructures d’exploitation en fonction des adaptations et des modernisations techniques  et en fonction de l’extension des capacités suivant les besoins des différents membres associés.

Le regroupement au sein du syndicat comprend les communes de Käerjeng (partie), Differdange, Pétange et Sanem (partie).

Le syndicat S.I.A.CH est administré par un comité dans le lequel chaque commune membre est représentée par un délégué pour chaque tranche de ses capacités d’épuration réservées de 10.000 unités « équivalents-habitants » ou fraction d’une telle tranche, membre du conseil communal. 

La gestion de l’exploitation du syndicat est placée sous l’autorité du bureau composé du président, du vice-président et de deux membres.

Le comité du S.I.A.CH. s’est adjoint d’un conseil technique qui se compose des membres suivants : le président du S.I.A.CH respectivement un autre membre (politique) désigné par lui, l’ingénieur-directeur, le chef du service technique, un agent technique de chaque commune membre, versé en la matière, ainsi qu’un représentant de l’administration de la gestion de l’eau.

Non
Non